Sortie au Puits de Rive (Août 2013)

 

COMPTE RENDU DE SORTIE

PUITS DE RIVES

 

            Dans le courant du mois d’août, Jean-Luc nous a proposé d’aller gratter à Rives. Enfin mon emploi du temps me permet d’aller faire un peu de spéléo. Une excellente occasion pour aller voir ce trou où il nous a invités à de nombreuses reprises et où les possibilités d’accès sont limitées afin de ne pas déranger le propriétaire (de l’ordre de 3 ou 4 fois par an).

 

            Nous y voila, je prends mon sherpa, mon véhicule, puis direction Angles et je me retrouve juste derrière Jean-Luc, au moins je suis sûr de trouver le trou.  Nous arrivons à Rives où d’autres participants sont déjà là.

 

Suite à de rapides présentations, le matériel est déchargé et l’équipement mis en place.

Jean-Luc, me demande de m’engager le premier afin d’assurer la descente des jeunes qui ne pratiquent la spéléo qu’une fois ou deux par an. Je place mon descendeur, allume mon éclairage et me met dans le vide. Le puits est maçonné en pierre de pays, je descends et 3 mètres avant le fond je me retrouve dans une salle. Je défais mon descendeur et assure les jeunes.

 

             Enfin, le matériel est là, tout le monde est descendu, on peut alors retirer nos harnais et démarrer la visite du trou.

 

On distingue quatre réseaux dans la cavité. Pendant que Jean-Luc plonge avec son tuba ce qu‘il espérait être un siphon, nous visitons la première branche. Nous suivons la galerie principale, remontons une étroiture et là, derrière nous, s’offre la plus belle salle du réseau (pour l’instant). Dans un volume modeste, de belles concrétions agrémentent le décor souterrain. N’étant pas curieux, je n’ai pu m’empêcher d’aller voir ce qui aurait pu être la suite ! Un coup d’œil en bas, un petit boyau, une légère escalade, mais non rien de fameux ici.

 

Le temps passe vite et c’est bien grand temps de penser à manger. On retourne sur nos pas et nous nous retrouvons tous ensemble pour le déjeuner et une micro sieste. Le café avalé, il est temps de poursuivre la visite.

 

 Le réseau 2 s’ouvre au pied de la conduite principale, un peu de «  plat ventre », de la contorsion  (pas trop violente non plus, on vient de manger tout de même !). On poursuit, en passant dans une salle, notre guide nous montre l’entrée du réseau 3, mais pour l’instant c’est tout droit.

 

Les dimensions se réduisent, on s’engouffre dans un boyau acceptant de la marche à genoux. Nous sommes proches de la fin du conduit, ce dernier s’ouvre sur ma gauche, l’argile à l’air vierge de tout passage. Le temps que les jeunes aillent au fond, je m’engage à plat ventre et progresse au plus loin qu’il m’est possible. Je me trouve face à un petit départ qu’il me faut agrandir pour voir derrière. Un bloc de terre, un caillou, je recommence jusqu’à ce que passe. Rien d’extraordinaire, mais ça mériterait une gratouille plus rigoureuse. Je fais demi-tour et rejoins les autres. Nous repartons en sens inverse pour atteindre le réseau 3.

 

 

            Sur notre gauche un raccourci me fait de l’œil, je m’y engage et me retrouve rapidement dans une salle. Les bords permettraient une escalade en opposition. Je grimpe et regarde au dessus de la margelle, de là je ne vois pas de départ prometteur.

Par prudence je préfère redescendre et ne pas me hisser plus haut, l’argile est humide et le pied plus ou moins glissant. Finalement, c’est un autre qui y montera, effectivement pour rien  et redescendra sans encombre.

           

            On reprend la visite, par une galerie montante, encore et encore. Enfin arrivés au sommet, ça ressemble au plafond d’une cloche. Face à moi, s’ouvre un conduit, je l’explore rapidement, rien par là. Je retourne à la cloche et vais dans l’autre sens, rien non plus. Mais ne désespérons pas, un espace est préservée entre la paroi et les blocs. Quand on y lance de petit cailloux pour tester une éventuelle continuité, le bruit ne s’arrête pas tout de suite, ça ricoche, ça roule. Hum!!! Ça sent la gratouille. Je déplace quelques blocs, me glisse dans la fissure et fini par remonter. Je pense cet endroit plus prometteur que le précédent, mais il faudra revenir avec du matériel.

 

            Nous redescendons dans le bas et je prends le passage principal qui me ramène au réseau 2 puis au 1. Au passage on explore deux départs. L’un file sur une bonne vingtaine de mètres. Au vu de la direction et de la tête de la chose je pense que ça doit se relier avec la fameuse cloche vue avant. Le second départ est vite obstrué et n’incite pas à l’exploration.

 

            On prend enfin la direction du réseau quatre situé à l’opposé du reste par rapport à la salle d’entrée. C’était une conduite remplie d’argile, que les jeunes ont désobstruée. Ils ont dû y passer un petit moment pour évacuer tout ça, du joli bouleau qui reste à poursuivre.

           

            On fait demi tour et avons pour projet de monter gratter à la cloche, équipés ce coup ci. Mais trop tard, tout le monde revient, on arrête pour aujourd’hui. L’après midi est déjà bien avancé, il faut renfiler les harnais, remonter et laver le matériel et les harnais du SCA dans l’Anglin. La journée spéléo s’est finie au bord de la rivière vers 19h00.

 

Baptiste

 




Calendrier
« Octobre 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
Météo

Mardi

min. 9 ° max. 22 °
Partiellement nuageux

Mercredi

min. 11 ° max. 22 °
Partiellement nuageux

Jeudi

min. 11 ° max. 23 °
Ciel dégagé
Espace Membre

Pas encore de compte ?

Mot de passe oublié ?